Vomir quand on a un peu trop bu : le guide pour que tout se passe bien

Le week-end approche, et les fêtes de fin d’année aussi. On va pas se cacher, beaucoup d’entre nous vont s’en mettre plein le cornet.

Peut-être même un peu trop et c’est ça le problème. On dit souvent que c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Ici la goutte d’eau c’est de l’alcool et le vase, c’est toi qui dégueule. Métaphore parfaite.

Pour ne plus être chamboulé par cette épreuve difficile de la vie bien arrosée, nous avons pris le parti d’établir le tout premier guide pour que tout se passe bien quand on vomit en étant ivre. Par ici les alcoolos :

Chapitre 1 – Avoir bien mangé avant

La science le prouve : il est plus difficile de vomir quand on a l’estomac déjà vide. Donc avant (ou pendant) de se coller une caisse dantesque, un bon casse-dalle s’impose. Allez fais-toi plaiz’, tu vas devoir éponger une sacrée quantité de liquide après de toute façon.

A ce sujet, si tu veux parfumer un peu le résultat final, privilégie des cuisines du monde. Un mexicain, un indien, un thaï, des épices, de la couleur, des arômes venus d’ailleurs. Ça n’en rendra que plus joyeux le moment en tête à tête avec les WC. Si tant est qu’il y a des WC à disposition mais on reviendra là-dessus plus tard.

bouf

…..

Chapitre 2 – Etre ivre caisse

Confiance totale sur ce point-là. Se mettre une mine aux petits oignons généralement, on n’a pas trop besoin de vous expliquer comment faire. Il est cependant nécessaire de rappeler que c’est important d’être bien cuit mort pour atteindre un vomi de compétition. Une gastro peut aussi faire l’affaire, mais c’est de la triche un peu. On vous laisse le choix dans l’alcool, mais vaut mieux sélectionner ceux qui rendent bien malades. Ceux avec des goûts tropicaux, des trucs auxquels t’es pas habitué, des sales liqueurs de fruits en voie de disparition, des crèmes de whisky… oh j’ai des remontés, ça y est.

bour

…..

Chapitre 3 – Shake ton booty bébé

L’estomac rempli, c’est bon. L’alcool, c’est bon. Il est temps de transformer ton corps en shaker géant et de préparer un cocktail de gerbe en secouant tout ça. Parce que sinon, la pulpe elle reste en bas, et clairement c’est pas le but recherché dans ce guide.

Pour l’esthétique, tu peux même te rajouter un petit parapluie en papier derrière l’oreille comme un vrai beau cocktail d’été. Bon, tu seras plus “gerbe on the floor” que “sex on the beach” mais l’idée est là et c’est bien le principal.

dance

…..

Chapitre 4 – Avoir la gerbe bien tassée

Oh ça y est, elle est bien là, bien présente. Le visage vire au pâle, un blanc un peu cassé, voire même fracassé vu ton état. T’es bien vert mais totalement mûr pour déposer une galette. Les dents du fond baignent, check. Le moindre remou peut être fatal. Te voilà maintenant entre le monde des vivants et celui des gros malades. Plus rien ne va, tout est flou, le monde est diffusé en vomit-o-vision dans tes yeux. C’est maintenant qu’il ne faut plus tergiverser. Le point de non-ravalage est franchi.

puke

…..

Chapitre 5 – Il faut trouver un endroit propice au vomito

L’étape la plus importante très certainement. Bon, là, y’a plusieurs écoles. Les plus tenaces iront délicatement déposer une gerboulade dans les toilettes les plus proches avant de tirer la chasse, passer la brosse, qu’elle soit à chiottes ou à dents, et même manger un petit mentos pour l’haleine. Des dandys du vomi.

Mais c’est rarement le cas de tout le monde. Dans la précipitation et selon la situation, tu pourras privilégier plusieurs solutions d’urgence. Entre deux voitures à l’abri et si possible derrière une Kangoo, ça se verra moins. Dans un pot, mais pas d’une fleur, plutôt une grosse plante qui saura se nourrir de tes oligo-excrements. Dans le sac de cette personne qui fait chier tout le monde dans la soirée. La vengeance est un plat qui se mange pour décuver. Dans les cas les plus extrêmes le panier du chien pourra aussi faire la blague et on peut facilement l’accuser vu qu’il ne peut pas répondre ce petit con.

Petit conseil pratique cependant : ne pas avoir honte d’être accompagné. Par de vrais potes si possible. Pas des gens qui vont faire des snaps pour se foutre de ta gueule. De vrais potes te dirigeront, te rassureront, te cajorleront, t’épongeront le front, te supporteront, te raccompagneront et surtout, ne te jugeront pas. Et pour vous mesdames, elles seront là pour garder vos affaires et vous tenir les cheveux. D’ailleurs, à ce propos…

giphy

…..

Chapitre 6 – Attention les cheveux !

On ne le dira jamais assez, se vomir dans les cheveux, quand ils sont longs et pas attachés, c’est pas agréable. Et c’est dur de se les tenir seul(e) quand on essaye déjà de vomir sans en foutre partout, essayant de maintenir intacts ses vêtements et sa dignité. Ce même cas particulier se dresse quand aux propriétaires de barbes. Se vomir dans la bebar est très désagréable car l’odeur (et quelques morceaux) peuvent rester très longtemps. Dans ce cas précis, assumez votre bebar, soyez des hommes, des vrais, et tenez l’alcool bon dieu ! Sinon, évitez juste de gerber, ça marche aussi.

Evidemment, tout ça ne concerne absolument pas les chauves. Vous pouvez y aller tranquilou les gars. A fond la caisse sur l’autoroute du vomi. Cependant, n’allez pas jusqu’à raser la tête de vos potes qui vomissent en soirée. C’est, certes, un excellent prank à faire bourrer, mais les conséquences peuvent être compliquées à assumer le lendemain.

chev

…..

Chapitre 7 – L’analyse post-match

Comme les soit-disants « experts » sur les plateaux après un match de foot, il est venu le temps de décortiquer l’action. Le soucis c’est qu’il faut se rappeler de ce qu’il s’est passé. Pas simple. Heureusement, tes bons amis étaient là et vont te raconter comment tu es passé de bête de scène à déchet humain en un seul verre.

Il faut alors déterminer quel alcool ou quel mélange t’as mis dans le mal. Revoir les ralentis, utiliser la palette graphique et les enseignement tactiques appris au cours de nombreuses années passées sur le terrain. Le bilan risque d’être lourd pour toi, mais c’est crucial si tu veux pouvoir passer au chapitre suivant.

hang

…..

Chapitre 8 – C’est reparti pour un tour

“C’est fini, je recommencerais plus”. Voilà les mots précis que tu prononceras en pleine gueule de bois. Quand ta langue ressemblera encore à du papier crépon, que t’auras l’estomac retourné dans les talons et le cerveau dans le cul. Mais on connait tous la suite, pas vrai ?

Evidemment que tu vas reprendre du début. Et t’as bien raison. Il faut remonter en selle et affronter ses démons. Un vomi, même réussi, peut toujours être surpasser. On peut toujours faire mieux. Plus artistique, plus acrobatique. Seul ou à plusieurs. De toutes les couleurs. C’est pas un défi, c’est le sens même de la vie. Allez, soyez des champions et affrontez les prochains vomis de votre vie comme il se doit.

drink

…..

Commentaires ()