“Papa, je veux voir ça !” : un enfant de 7 ans montre l’affiche de Cars 3 et se retrouve devant le film “Ça”

Un fait pas si divers que ça.

it_film_2017

La scène se déroule mercredi après-midi dans le cinéma Jean-Paul Belmondo de Meudon-la-Bedoule. Il pleuvait dru et Antoine, jeune trentenaire dynamique, mais néanmoins au chômage, décide d’emmener, comme tous les mois, son petit Thenzo (habile contraction de Théo et Enzo), 7 ans et demi, voir un film pour un moment qui renforcera un peu plus leur relation père-fils.

Depuis le divorce, je le vois moins souvent le petit. Alors j’essaye de lui faire plaisir pour que je sois son parent préféré quoi.

Divorcé depuis 3 ans, Antoine est toujours célibataire, mais ne cache pas son attirance pour la nouvelle ouvreuse du cinéma de son quartier. Une attirance qui lui sera fatale au moment de demander à son fils ce qu’il voulait voir. Le petit Thenzo n’hésite pas une seconde et pointe l’affiche de Cars 3, film d’animation Pixar dont raffolent les enfants, en s’écriant “Papa, je veux voir ça”. Son père étant trop occupé à reluquer les formes généreuses de l’ouvreuse, ne remarque pas l’affiche et s’empresse donc de demander “deux tickets pour Ça, s’il vous plait” au guichet.

La suite, vous pouvez la deviner. Le mal était fait.

Qu’est-ce que j’en savais moi ce que c’était le film. Franchement au final “Ça” ou “Cars”, y’a que deux lettres d’écart. Et puis je parle pas Anglais moi, c’est pareil.

Si pendant le film, Antoine s’est endormi lourdement, ce sont les cris du petit Thenzo qui l’ont réveillé en sursaut. Tremblant de tout son être, la morve au nez et plus encore sur son siège, l’enfant est secoué, dérangé, perturbé. Il est pas bien quoi. A la demande des autres spectateurs irrités par le bruit incessant de l’enfant, le père quitte alors la salle sous les huées, les insultes, des crachats et des jets de canettes de Tropico.

C’est quand même pas de ma faute si je suis irresponsable. Les gens sont là pour me conseiller. J’ai payé pour ça, merde.

Pour le réconforter, Antoine proposa à son fils de maintenir la routine habituelle et d’aller manger un petit Happy Meal. C’était sans compter la réaction post-traumatique du petit Thenzo à la vue de Ronald McDonald. Après avoir hurlé à la mort et éclaté en mille sanglots, l’enfant s’est jeté sur le comptoir pour aller se cacher en cuisine avant de saccager une partie du stock où de nombreux dégâts sont à déplorer, notamment au niveau des nuggets. Le père et son fils sont évacués manu militari de l’établissement, mais entre deux larmes et une morve épaisse, l’enfant témoigne :

Le clown du McDonalds il fait les hamburgers pour les enfants avec la viande d’enfants. Mes copains de l’école, il les a transformé en nuggets. Peut-être que j’ai déjà mangé Maëlys et Timéo.

Le père envisage désormais de porter plainte contre le cinéma pour l’avoir laissé rentrer avec un enfant dans une salle pour voir un film qui ne lui était clairement pas destiné, ainsi que contre l’établissement McDonalds, celui situé au carrefour de l’avenue Saint-Marcellin et de la rue Michel Drucker, pour n’avoir jamais reçu le “Maxi Best Of – 280 Sauce Poivre” qu’il a pourtant payé.

Mais ce qui est chiant surtout c’est qu’il est traumatisé mon gamin. Il se remet à pisser au lit, c’est pas propre quand je dois inviter une dame dans ma garçonnière.

Une histoire qui, espérons-le, servira de leçon à tout le monde.

Commentaires ()