Ces fautes de français qui nous pulvérisent l’oreille quand on les entend

Ça nous arrive à tous de faire des petites fautes par ci par là que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Mais certaines font vraiment hérisser le poil quand on les entend et provoque une énorme envie découper la personne qui les ont prononcées au katana. Voici les plus répandues d’entre elles, afin qu’une bonne fois pour toute, on évite ces ignominies auditives :

« Il fallusse que j’aille rendre visite à ma soeur. »

Ne me dites pas que vous ne voyez pas ce qu’il y a de choquant ! J’avoue que c’est tentant de conjuguer le verbe falloir au passé simple de la sorte, mais l’Académie française, pour éviter l’homonymie avec phallus (je parle du synonyme de zgeg, bite, teub …), a décidé que la forme correct serait « il falla« .

Exemple : Hier, il fallat absolument que je boive un Smecta, car j’avais une collique d’enfer.

« Je vais à la coiffure »

Bon sang, celle-là, j’ai vraiment l’impression de l’entendre à tous les coins de rue. Alors, s’il vous plait, sachez que « je vais à la coiffure » ne veut rien dire. On dit : « je vais au coiffeur », car il s’agit d’un nom masculin. La coiffure, c’est le style capillaire que vous avez sur la tête, ne confondez pas tout !

« Ils croident »

Youhou, réveillez-vous ! Le verbe croider n’existe pas hein ! Je vous charrie… mais cette faute, je l’entends vraiment souvent, et ça m’exaspère. Donc, pour remettre les points sur les « i » : non, la troisième personne du pluriel du verbe croire n’est pas « ils croident » mais « ils croivent ». Ça ne vous semble pas plus juste ? Plus joli à l’oreille ? Si oui, tant mieux, si non, vous avez meilleur temps de vous y habituez vite, parce que c’est la seule conjugaison correcte ! Et dire « ils croident » à vos interlocuteurs peut vite laisser penser que vous ne savez pas parler !

« Si j’avais su, je ne serais pas venu »

Beurk, encore une que tout le monde fait. Et pourtant, le passé simple du verbe « suer », c’est tout simplement sué. Pourquoi se compliquer la vie ? La langue française est déjà bien assez difficile comme ça ! La formulation correcte est donc : Si j’avais sué, je ne serais pas venu. Logique, quand on transpire et qu’on a des grosses auréoles bien dégoulinantes, on n’a pas envie de voir des gens, de peur qu’ils se moquent de nous ! Mais encore faut-il pouvoir l’exprimer correctement ! Vous ne pourrez plus dire que vous ne savez pas.

« Demain, je mangera une pomme »

Aïe, aïe, aïe. Elle pique celle là, j’ai vomi rien qu’en l’écrivant. Si des enfants sont dans la pièce, merci de ne pas les laisser lire cette abomination sur votre écran. La faute saute aux yeux (et aux oreilles, et pourtant, elle est bien trop répandue. Voici la forme correcte : « Demain, je mangera une pomme ainsi que quatre autres fruits légumes pour atteindre mon quota journalier ». Eh oui, la santé c’est important, et c’est une vraie erreur de ne manger qu’une pomme.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur mangerbouger.fr.

« Monter en bas »

Là, je vais vous surprendre, mais cette expression est tout à fait correcte. Voici donc les arguments à donner si un énième tocard vous sort « ah bah toute façon tu vas pas monter en bas » :

Imaginons que Pierre, Paul et Jacques habitent dans un immeuble à 3 étages. Pierre, qui habite au 3ème, demande à Jacques, qui habite au 1er, de monter chez Paul, qui habite au 2ème.

EXEMPLE

Pierre est tout en haut, donc même si Jacques monte au 2ème, pour Pierre, ça reste en bas : Jacques monte en bas. CQFD.

« La voiture à Kevin »

Je ne vais pas vous faire un dessin. Aucune personne ne s’appelant Kevin ne peut-être assez futée pour avoir un travail et gagner assez d’argent pour pouvoir se payer une voiture. Les formes correctes sont donc multiples. Par exemple : la voiture à Xavier, la voiture à Romain, La voiture à Mohamed. Mais pas Kevin. Vraiment.

« Malgré que j’peux pas, j’vais tout faire pour viendre à ton soirée de anniversaire. »

Vous avez eu du mal à lire à voix haute la phrase suivante ? Normal. C’est faute de style est de loin la pire de la langue française, en effet, les contractions appauvrissent notre belle langue. On ne dit pas « j’vais tout faire », mais « je vais tout faire », donc la prochaine fois que vous entendez une phrase de ce type n’hésitez pas à dire à la personne « pourquoi tu contractes, tu veux gagner du temps ? Tu ferais mieux d’en consacrer un peu plus à revoir tes cours de CE1, gros naze ». voilà qui devrait le calmer.

Sur ce, bone journai.

........................................

Commentaires ()