Critique de « Jurassic World » par Ross Geller

Avant de commencer, permettez-moi de me présenter. Je suis Ross Geller, docteur en Paléontologie. Mais si le site Golden Moustache fait appel à moi aujourd’hui, c’est parce qu’en plus d’être un scientifique, je suis un féru de cinéma. J’ai par exemple été le manager du singe héros de “Alerte 2” ainsi que le meilleur ami de la vedette de “Les jours de notre vie”. Parallèlement à ça, je suis auteur de scénarios mais Hollywood m’a volé mes idées. Die Hard, c’était moi. Jurassic Park aussi mais ils en ont fait n’importe quoi. Pas rancunier, voici une critique (constructive) de la quatrième suite, Jurassic World.

image00

Moi imitant le dilophosaure

Bon, il faut savoir que l’histoire est nulle. Ce n’est pas possible. Rien. Des dinosaures, recréés génétiquement, déjà dans les premiers, c’était débile car cela défit toutes les lois de la physique et de la science. Mais alors dans celui-là, il y a carrément un dresseur de Velociraptors. Un petit singe ou un armadillo, pourquoi pas, mais alors un Velociraptor. Même un 7ème dan d’Unagi en serait incapable.

Et ça m’énerve parce que tout le monde me disait que j’allais adorer ce film parce qu’il est vrai que j’aime les dinosaures. Un de mes amis a même fait courir la rumeur que j’avais eu une relation sexuelle avec eux, ce qui est impossible. Pourquoi ? PARCE QUE LES DINOSAURES SONT ÉTEINTS DEPUIS DES MILLIONS D’ANNÉES ! Revenons au film.

J’y suis allé avec mes enfants et c’était horrible : mon plus grand, Ben, m’a demandé pourquoi les dinosaures étaient si ennuyeux quand c’est moi qui en parle alors que c’est cool quand c’est Chris Pratt. Ma petite Emma m’a réclamé des vacances à “Jurassic World” cet été.

image01

Moi face aux scénaristes de Jurassic World

Alors bon, je concède une qualité au film : la musique. Moi qui, en plus d’être un scientifique, un père de famille et un scénariste méconnu, joue professionnellement du clavier et de la cornemuse, j’ai beaucoup aimé. Mais le scénario… Et pourquoi pas faire un film sur des manteaux qui deviendraient incontrôlables et qui attaqueraient une île. On pourrait appellerait ça “Jurassic Parka” !

C’était Ross Geller.

A bientôt.

image02

}); (function (d) { var js, s = d.getElementsByTagName('script')[0]; js = d.createElement('script'); js.async = true; js.src = '//cdn.teads.tv/js/all-v1.js'; s.parentNode.insertBefore(js, s); })(window.document); // ]]>

Commentaires ()