7 choses à dire pour meubler un silence gênant pendant un repas de famille

Ils ont beau réunir beaucoup de monde, les repas de famille sont souvent de grands moments de solitude.

Entre les blagues racistes de votre oncle, le testament lu à voix haute par votre grand-père et la conversation qui patine avec votre cousin issu de germain, les blancs dans la conversation sont nombreux et les malaises sont légion. De quoi fortement baliser à l’approche des fêtes de fin d’année et de ses interminables repas de 5h.

Pas de panique, voici quelques phrases toutes faites pour relancer gaiement la conversation et remettre un peu d’ambiance après le coming out de votre beau-frère.    

  1. « En tout cas, on a les JO ! »

Cette banalité d’usage devrait vous valoir une standing ovation de la part de toute la table : en faisant miroiter des lendemains qui chantent à tout le monde, tous les invités oublieront un instant qu’ils étaient en train de se disputer l’héritage de Papy il y a cinq minutes.

  1. « On n’aura pas eu de neige cette année ! »

Ah oui c’est vrai ça, tiens. En même temps y a plus de saison. Mais ça c’est la faute au réchauffement climatique, on est d’accord ! D’ailleurs vous avez vu ce qu’a dit Trump l’autre jour ? Dingue non ? De toutes façons il est complètement marteau ce Trump ! Comment un type pareil peut être Président ?! Et toi t’en penses quoi Pierrick ?

  1. « Vous avez vu Slumdog Millionaire ? »

Slumdog Millionaire c’est un peu le Coldplay des sujets de conversation : le truc consensuel par excellence, que tout le monde connaît et qui va ne fâcher personne.

Et en plus, vous pouvez être sûr que chacun va y aller de sa petite anecdote toute claquée : « ah oui je l’avais vu avec Christine, ça nous avait bien plu » « moi j’adore la scène à la fin où ils dansent à la gare ! » « moi j’ai pleuré quand le frère meurt ! »

Alors certes on s’en fout mais au moins on parle d’autre chose que de la dernière coloscopie de votre père.

  1. « Christian Clavier ! »

Crier Christian Clavier dans un déjeuner de famille c’est un peu comme crier « bombe » dans un aéroport ou Allahu Akbar dans le 78. Avec un peu de chance la conversation embrayera directement sur « Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu » puis sur l’immigration, puis sur le FN et vous pourrez vous éclipser discrètement avant le dessert.  

  1. « Ça va faire un an que j’ai pas baisé ! »

A dire très fort en tapant du poing sur la table pour que l’on comprenne que ça vous pèse et que ça ne peut plus durer.

Cela éveillera peut-être même un peu de compassion chez vos parents qui vous offriront un cadeau supplémentaire pour vous réconforter. En revanche n’espérez pas attendrir votre cop(a)in(e) qui vous a accompagné(e).

  1. « C’est sûr, la prison n’arrange jamais les choses »

C’est vrai, elle n’arrange jamais les choses…Tu reprendras un peu de tarte aux quetsches mamie ?

  1. N’importe quelle réplique de la Cité de la Peur

Il est scientifiquement prouvé que si une personne cite une réplique culte de la Cité de la peur, son interlocuteur en citera obligatoirement une autre à son tour, voire deux, voire trois, voire cinquante.

Un grand must pour rétablir l’ambiance et tenir jusqu’au 26 au matin.

Commentaires ()